L'égalité, ça compte

Obtenons justice pour les femmes de Tanzanie

Je viens de revenir de Tanzanie, où j’ai pu rencontrer nos partenaires pour la première fois. Nos échanges ont été francs et instructifs, même si par moments, j’ai eu peine à entendre certaines réalités. Malgré tout, je rentre au Canada avec un sentiment d’optimisme.

Pendant mon séjour, j’ai été marquée par l’ampleur de la violence fondée sur le genre en Tanzanie, ainsi que par le contexte qui l’entoure. Bien que le Canada ne soit pas exempt de violence systémique, il s’est doté de structures sociétales et de politiques ciblées pour la contrer. Ces mécanismes — que la plupart des Canadiennes et des Canadiens tiennent pour acquis — sont absents en Tanzanie, ce qui est alarmant.

C’est pourquoi ce fut émouvant d’observer les volontaires de Carrefour, avec leur expérience du système judiciaire canadien (un juge du seul Tribunal intégré pour l’instruction des causes de violence familiale au Canada, une procureure de la couronne et une responsable des services d’aide aux victimes et aux témoins de Toronto), travailler avec notre partenaire KWIECO, des officiers de police, des magistrats et des responsables politiques pour partager leur expertise et dispenser des formations sur les réponses systémiques à apporter aux affaires de violence fondée sur le genre dans l’appareil judiciaire.

Ainsi, l’une des premières questions des volontaires concernait la procédure d’accueil lorsqu’une femme victime de violence se présente dans un refuge. La police est-elle appelée ? Voilà une attente qui semble raisonnable ; cependant, la nécessité de soulever cette question démontre à quel point il existe des lacunes dans l’accès des femmes à la justice. Et même quand la bonne volonté est au rendez-vous, elle n’est pas suffisante pour pallier le manque de ressources adéquates. Par exemple, il arrive souvent que la police ne réponde pas à un appel de détresse si le remboursement des frais d’essence pour emmener les victimes en lieu sûr n’est pas assuré !

Les obstacles auxquels font face les victimes de violence dans leur quête de justice ne s’arrêtent pas là. D’une part, le public a peu confiance dans l’intervention de la police. D’autre part, les parajuristes — des acteurs clés dans la quête de justice pour les femmes — occupent un statut précaire dans l’appareil judiciaire, car leur profession n’est pas reconnue par le ministère de la Justice de la Tanzanie. Enfin, les traditions et les préjugés culturels restent un défi. Et tout cela se passe dans un contexte ou 40 % des affaires portées devant les tribunaux de la région du Kilimandjaro concernent les violences fondées sur le genre.

Malgré tout, je suis rentrée au Canada remplie d’espoir et déterminée à en faire davantage. En effet, les progrès sont manifestes : les femmes connaissent mieux leurs droits et sont mieux placées pour exiger que justice soit faite ; la communauté dans son ensemble comprend mieux la violence fondée sur le genre ; et des parajuristes se déplacent pour effectuer des consultations hebdomadaires dans les collectivités. Graduellement, des changements s’opèrent et les mentalités évoluent.

Carrefour et ses partenaires sont à l’avant-garde de cette transformation. Notre programme d’accès à la justice, d’abord déployé au Ghana puis en Tanzanie, constitue un modèle inspirant. Grâce à l’appui du Programme de coopération volontaire du gouvernement du Canada, nous partageons des savoirs et des expertises dans tous nos pays d’intervention, en prenant soin de les adapter à la réalité locale. Le modèle ainsi développé pourrait grandement améliorer l’accès des femmes à la justice, ainsi que l’égalité entre les femmes et les hommes dans plusieurs régions et pays. C’est pourquoi nous devons poursuivre nos efforts.

Éradiquer la violence fondée sur le genre exige d’adopter une approche globale. Il faut améliorer les services de soutien psychologique, un domaine où les besoins sont criants, particulièrement pour les enfants victimes ou témoins de violence. Il faut également faciliter l’accès aux soins de santé, car les hôpitaux sont souvent situés loin des collectivités, ce qui peut compliquer l’obtention de preuves d’agression.

Le changement peut sembler très lent pour une femme et son enfant refugiés dans un foyer pour femmes isolé et qui se demandent si les blessures peuvent guérir et la justice être rendue. Mais ce changement, bien réel, est à notre portée. De plus en plus de femmes se familiarisent avec leurs droits et exigent l’accès à la justice; à mesure que ce phénomène grandira, la violence s’atténuera et les droits seront respectés. Ainsi, avec l’appui de ses volontaires et de ses donateurs, Carrefour continuera de lutter pour la justice aux côtés de ses partenaires, ainsi que des femmes et des filles qu’ils représentent.

About Carine Guidicelli
Former Executive Director of Crossroads International, Carine is broad range of professional expertise in Africa, Canada and internationally for the past 20 years. She ran 5 Country offices in Africa and manage Country operations in 8 countries both in development project and humanitarian relief.

Related Posts - Droits des femmes et des filles

Retour au blog