L'égalité, ça compte

L’apathie des électeurs menace les droits des femmes

Dans quelques semaines, le 21 octobre, j’exercerai mon droit de vote comme des millions d’autres Canadiennes et Canadiens. Nous avons le devoir d’exercer notre droit de vote pour plusieurs raisons, la première étant notre responsabilité à l’endroit des personnes qui en sont privées.

Dans de nombreuses régions du monde où le droit de vote existe, y compris des régions où Carrefour travaille, les femmes qui souhaitent l’exercer sont souvent découragées de le faire, en butte à du harcèlement, voire à des agressions. En outre, la pauvreté et l’analphabétisme font obstacle à la participation des femmes.

En matière de représentation des femmes en politique, le déficit demeure flagrant : au Burkina Faso, seulement 13 % des membres de l’assemblée législative sont des femmes, au Ghana 11 %, et en eSwatini 6 %.1

 

Les élections sont une excellente tribune pour introduire de nouvelles idées et débattre de grandes orientations. Elles font place à de nouvelles voix et perspectives. Elles nous aident à façonner la société dans laquelle nous voulons vivre. Du moins, dans le meilleur des mondes! Or, pour l’avoir récemment observé, nous savons que la corruption menace le processus électoral. Désinformation calculée, discours diffamateurs, ingérence étrangère se conjuguent pour accroître l’apathie chez les électeurs et atténuer l’esprit civique et collectif sur lequel les démocraties libérales reposent.

Il y a une foule d’autres raisons pour exercer notre droit de vote.

Je vous exhorte à agir vous aussi. Exercez votre droit de vote! Les enjeux des prochaines élections sont primordiaux, des changements climatiques aux inégalités croissantes en passant par les atteintes aux droits des femmes. De la Tanzanie à l’Amérique, nous constatons un recul des droits des femmes. Quel que soit le parti auquel les Canadiennes et Canadiens confieront les rênes du pouvoir, le Canada doit continuer de promouvoir les droits des femmes ici et ailleurs.

 

Récemment, grâce aux subventions octroyées par le Fonds Karen Takacs pour le leadership des femmes, Carrefour a soutenu financièrement la promotion du leadership des femmes sur la scène politique – comme au Ghana en 2016, où de jeunes femmes participant à un programme de l’organisation ABANTU, partenaire de Carrefour, ont observé le processus électoral et documenté les cas de discrimination. Et comme au Burkina Faso cette année où, avec notre partenaire le RESACIFROAT, nous travaillons à accroître la participation des femmes des milieux ruraux à la gouvernance locale. L’organisation a mis sur pied une formation au processus électoral à laquelle plus de 30 femmes et jeunes filles participent déjà, et pour laquelle une liste d’attente est dressée. L’objectif? Accroître de 25 % la participation des femmes et faire élire cinq candidates aux élections de 2020.

Depuis plus de dix ans, Carrefour soutient financièrement la promotion du leadership des femmes outre-mer et encourage les décideurs canadiens à accroître l’aide publique au développement. La situation préoccupe les Canadiennes et Canadiens. Dans un sondage rendu public la semaine dernière1, 81 % des Canadiennes et Canadiens sont tout à fait ou plutôt d’accord avec le fait que le Canada devrait faire sa juste part pour aider les pays en développement, et 51 % sont d’avis que l’aide apportée a plus d’impact lorsqu’elle respecte les droits et besoins spécifiques des femmes et des filles.

Nous pouvons donner l’exemple. Nous pouvons exercer notre droit de vote et soutenir l’investissement canadien nécessaire pour faire en sorte que les femmes partout dans le monde puissent l’exercer aussi.

Pour de plus amples renseignements sur l’aide canadienne au développement, consultez cette fiche d’information. Pour mieux connaître les candidats et candidats dans votre circonscription, rendez-vous au www.elections.ca.

1 https://data.worldbank.org/indicator/SG.GEN.PARL.ZS
2 Public Opinion Research conducted for Canadian Partnership for Women and Children’s Heath (CanWaCH) by Nanos Research

About Christine Campbell
Christine is the National Director External Relations at Crossroads International. She has more than 20 years’ experience engaging stakeholders to advance public policy, increase profile and financial support.

Related Posts - Droits des femmes et des filles

Retour au blog