L'égalité, ça compte

Journée internationale des droits des femmes 2022

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, je me souviens des sacrifices que tant de femmes ont consentis pour bâtir un avenir plus sûr et plus juste pour nous tous. Le thème du gouvernement canadien pour cette journée est, « L’inspiration au féminin. » En effet, les femmes ont ouvert des voies vers la paix, découvert de nouveaux médicaments et persévéré pour le droit à l’éducation.

Leurs histoires sont des symboles et des sources d’inspiration, de leadership et d’espoir. Elles méritent d’être célébrées, aujourd’hui et chaque jour. Avec tout ce qui se passe dans le monde en ce moment, il est réconfortant de savoir qu’il y a des héros parmi nous.

La situation en Europe et ses implications potentielles pour la paix et la sécurité mondiale sont profondément inquiétantes. Nous savons également que la brutalité de la guerre et ses nombreuses ramifications sont particulièrement néfastes pour les femmes et les filles. Dans cette obscurité, il y a une lueur de lumière. Trois dirigeantes canadiennes sont à l’avant-garde des efforts mondiaux visant à protéger les vies en Ukraine et à assurer un avenir plus pacifique dans le monde. Les ministres du Cabinet fédéral Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances), Mélanie Joly (ministre des Affaires étrangères) et Anita Anand (ministre de la Défense), travaillent sans relâche aux côtés du premier ministre Justin Trudeau pour répondre aux événements internationaux qui se déroulent à une vitesse et avec des conséquences sans précédent et en temps réel.

On entend souvent dire qu’en ajoutant des femmes, on peut changer la politique. Nous pouvons espérer que la présence de ces Canadiennes à la table internationale contribuera à préserver le monde de nouvelles tragédies.

Bien sûr, toutes les menaces ne sont pas existentielles, tous les risques qui nous touchent ne sont pas d’envergure internationale ou nationale. Pour des millions de femmes et de filles au Canada, les défis sont plus personnels et directs, mais dans le cadre de la lutte globale pour l’équité et la justice, ils n’en sont pas moins significatifs : l’indignité d’être écarté pour un emploi, la violation d’une justice inaccessible, la réalité d’un risque accru pour la sécurité en raison du sexe, les menaces au bien-être imposées par la pauvreté. Chacun de ces risques est aggravé si vous êtes Noir, indigène ou femme de couleur.

Mais là encore, il existe des phares de progrès, des champions du changement, des défenseurs de l’égalité, des exemples de pionniers. Dans ma propre carrière, j’ai bénéficié de l’apport de femmes qui m’ont précédée et ont contribué à briser les plafonds de verre pour me permettre d’avancer. Carrefour International lui-même a sa propre histoire de femmes de ce genre, dont la défunte directrice exécutive Karen Takacs n’est pas la moindre.

Je cherche également à m’inspirer de nos volontaires et de nos organisations partenaires, qui opèrent dans le Sud sous des pressions bien plus fortes et qui sont confrontés à des structures de misogynie. Chaque jour, des progrès incroyables et mesurables sont réalisés. Davantage de filles apprennent à connaître leurs droits sur leur propre corps au Burkina Faso. Plus de communautés sont protégées des risques et des effets du changement climatique au Sénégal. Les femmes sont plus nombreuses à s’engager en politique au Ghana. Et plus d’entreprises dirigées par des femmes sont créées dans l’Eswatini.

Comme on nous l’a récemment rappelé, le progrès mondial n’est pas une garantie et ne prend pas la forme d’une ligne droite. Nous devons poursuivre notre travail et, à l’occasion de journées telles que la Journée internationale des droits des femmes, prendre le temps de nous souvenir de nos réalisations collectives et de celles qui ont ouvert la voie, et qui continuent de le faire.

Related Posts - Blog Stories

Retour au blog