L'égalité, ça compte

Les femmes orientent l’avenir du secteur de l’investissement d’impact

– Spécialiste invitée: Sue May Talbot

Comme le soulignait Larry Fink, PDG de BlackRock, dans une lettre adressée aux PDG l’an dernier, il n’est plus acceptable pour une entreprise de se soucier exclusivement de son rendement économique, elle doit intégrer dans ses objectifs la responsabilité sociale. Et son message a été entendu : selon la tendance actuelle, le marché mondial de l’investissement d’impact se chiffrera à 307 milliards de dollars d’ici 2020. Selon une étude publiée récemment par MaRS et SVX, 90 % des individus parmi les plus fortunés sondés étaient enclins à faire des investissements d’impact et 47 % entendaient accroître la répartition de leurs actifs au profit de l’investissement d’impact au cours de l’année.

Female investors are increasingly turning to Impact Investment Portfolios

Une proportion croissante et influente de femmes, qui recherchent des retombées sociales positives outre un rendement financier, se tournent vers l’investissement d’impact. D’ici 2020, les femmes détiendront vraisemblablement 32 % de la richesse mondiale et, d’ici 2024, quelque 50 % de la richesse canadienne. Selon un sondage international mené par le Centre for Talent Innovation, 90 % des femmes indiquent qu’il est important de tenir compte, dans une stratégie d’investissement, de l’impact social de ses placements.

Je travaille avec un grand nombre de clientes qui veulent une approche de placements générant des retombées positives sur le plan social et environnemental. Voici certaines des questions qu’elles me posent.

 

Comment mesure-t-on l’impact ?

L’investissement d’impact gagne considérablement en popularité et, dans la foulée, un grand nombre d’entreprises se targuent de faire partie de l’entrepreneuriat d’impact, surtout celles ayant une mission axée sur les femmes et le bien-être. De nombreuses entreprises aux visées altruistes finissent toutefois par constater qu’elles n’ont pas l’impact escompté. Par exemple, l’entreprise de chaussures TOMS s’est au départ démarquée par son approche « une paire achetée une paire donnée », pour finalement s’apercevoir que le don de chaussures à des personnes dans des pays en développement perturbait l’économie locale et créait une dépendance, sans agir sur les causes de la pauvreté.

Les investisseuses avisées peuvent notamment mesurer l’impact réel de leurs investissements à l’aide des Objectifs de développement durable (ODD) que les Nations Unies ont établi en guise de marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Ils répondent aux défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés, notamment ceux liés à la pauvreté, aux inégalités, au climat, à la dégradation de l’environnement, à la prospérité, à la paix et à la justice. La quasi-totalité des 17 ODD est propice à l’investissement d’impact.

 

Comment les femmes sont-elles représentées?

Les conseils d’administration et équipes de direction largement dotés d’hommes blancs d’âge mûr sont en voie d’extinction, d’autant plus dans la sphère de l’investissement d’impact. Les femmes qui optent pour cette approche de placement tiennent à ce qu’il y ait des femmes au sein de la direction des entreprises visées et, souvent, parmi les bénéficiaires de leur travail. Cela ne veut pas dire qu’elles évitent systématiquement les entreprises dirigées par des hommes dans des secteurs qui à première vue n’améliorent pas la situation des femmes et des filles, de nombreuses entreprises dirigées par des hommes ayant un conseil d’administration comptant au moins la moitié de femmes. Carrefour International se situe avantageusement à ce titre, comptant à la fois un conseil d’administration composé exclusivement de femmes et ayant une mission axée sur les femmes et les filles.

 

Dois-je renoncer au rendement financier pour obtenir un impact social positif?

L’investissement d’impact vise à générer à la fois un rendement financier et un impact social positif. Bien que les rendements antérieurs ne soient pas garants des rendements futurs, les résultats des contrôles ex-post de notre société montrent que les portefeuilles d’investissement d’impact peuvent avoir un rendement tout aussi bon, sinon meilleur, que les portefeuilles d’investissement traditionnels. Les investisseuses n’ont plus à choisir entre impact et rendement; elles peuvent faire des placements en adéquation avec leurs valeurs et obtenir un rendement financier qui se mesure très bien à la concurrence.

Vous trouverez une mine d’information sur l’investissement d’impact au MaRS Centre for Impact Investing (nous avons récemment conclu un partenariat stratégique avec MaRS SVX pour lancer le service Genus SVX Impact Investment Counsel) et dans notre propre introduction à l’investissement d’impact.

Pour en savoir plus, veuillez écrire à Michael@cintl.org ou communiquer directement avec Genus à partir du site Web.

Ecrit par Sue May Talbot, Associée Genus Capital

 

About Sue May Talbot
Sue-May has been with Crossroads' partner and investment firm, Genus Capital since the day the firm was founded in 1989. In addition to being a registered Portfolio Manager, Sue is also Director of Client Service.

Related Posts - Investissement d'impact

Retour au blog