NOTRE TRAVAIL

IMPLIQUONS LES JEUNES POUR UN FUTUR DURABLE

Investir dans la jeunesse, c’est investir dans le futur. Cela résume parfaitement pourquoi l’intégration de la jeunesse dans le secteur agricole en Bolivie est cruciale pour sa survie. En tant que principale source de production alimentaire, l’agriculture est un élément clé pour la sécurité alimentaire du pays. Cependant, les jeunes ruraux semblent être attirés par la promesse d’un « meilleur futur » dans les grandes villes et les organisations rurales et les agriculteurs, souvent aveuglés par leurs préjugés, n’agissent pas pour les attirer et les impliquer dans le secteur.

Grâce à l’investissement d’UNIFOR, Carrefour International et son partenaire local l’Association des organisations de producteurs écologiques de Bolivie (AOPEB) ont lancé un projet de deux ans pour changer cette réalité. De janvier 2015 à janvier 2017, ce projet a activement impliqué les jeunes dans l’agriculture pour leur montrer que le secteur agricole offrait des carrières viables tout en travaillant avec les organisations de producteurs et les agriculteurs pour trouver de nouvelles façons d’attirer et d’impliquer les jeunes dans les activités agricoles.

Plusieurs initiatives ont aidé les jeunes à développer leurs compétences et a montré l’importance qu’ils ont pour le futur de l’agriculture et la sécurité alimentaire du pays. Vingt-quatre jeunes ont été formés dans des écoles écologiques et vingt-deux ont implémenté leurs parcelles de démonstration utilisant des systèmes de production durables, augmentant ainsi l’utilisation de méthodes de production durables. Une initiative encore plus significative fut celle où les jeunes formés à l’agriculture ont partagé avec des jeunes d’autres organisations de producteurs leurs connaissances et ont utilisé leurs parcelles pour reproduire la formation qu’ils ont reçu dans les écoles écologiques. Grâce à cette initiative, 190 jeunes ont pu être formé et 22 parcelles supplémentaires ont été pilotées dans d’autres communautés. Le fort engagement des jeunes et des organisations de producteurs a démontré que ces interventions ont aidé à dépasser les barrières culturelles et traditionnelles que rencontrent les jeunes, bien que les jeunes femmes fassent toujours face à certaines barrières qui les empêchent de participer.

Le dialogue intergénérationnel et les programmes de sensibilisation se sont prouvés très efficace et ont accéléré la reconnaissance de l’importance que la jeunesse a pour le futur de l’agriculture avec une augmentation de 10% du nombre de jeunes adhérents et de leur participation dans les Organisations de Producteurs Écologiques (OPE). Plusieurs jeunes ont également rejoint les comités de directions de leur OPE.

La Carrefouriste Tara Scanlan est allée en Bolivie faire un rapport d’évaluation de ce projet de deux ans. « C’est un vrai succès. […] Le projet doit être plus long pour pouvoir suivre un cycle de production complet. », témoigne Tara. Dans son rapport, elle propose de continuer de travailler avec les participants pendant la durée de leur moisson jusqu’à la commercialisation de leur production. « De nombreuses compétences sont nécessaires à la négociation et à la vente de leur récolte. », explique-t-elle.

Vu ces résultats positifs, Carrefour et ses partenaires sont en train d’explorer des opportunités pour continuer ce travail.