Les Canadiennes et Canadiens renforcent l’égalité des genres

Carrefour International souligne la 29e Semaine du développement international au Canada en rendant hommage aux nombreux volontaires canadiens outre-mer qui œuvrent à l’avancement des droits et de l’autonomisation économique des femmes. La Semaine du développement international se déroule cette année sous le thème « Ensemble pour l’égalité des genres ».

« Des Canadiennes et Canadiens de tous horizons travaillent à l’avancement des droits des femmes en devenant volontaires auprès de Carrefour International », dit Christine Campbell, directrice nationale des Relations externes de Carrefour International. « Les femmes et les filles des pays du Sud où Carrefour œuvre sont extrêmement vulnérables. Des Canadiennes et Canadiens de tous les milieux, des femmes et des hommes, des immigrantes et immigrants, et des citoyennes et citoyens épris de justice et d’égalité contribuent sensiblement aux efforts de développement international du Canada. »

Dans de nombreux pays, les attitudes de la société envers les femmes et l’absence de protections légales menacent la sécurité et le bien-être des femmes et des filles. Des volontaires canadiens contribuent aux efforts déployés pour éliminer la pauvreté, protéger les femmes contre la violence et renforcer leurs droits. Les chiffres sont éloquents : en eSwatini, par exemple, 63 % de la population vit en deçà du seuil de la pauvreté; et 31 % des femmes ont le VIH. Au Ghana, un pays pourtant doté d’une loi qui protège les femmes, un tiers des femmes sont victimes de violence physique. Le taux de mariage des enfants atteint 29 %.

 

plus loin ensemble

Fort de plus de 60 ans d’expérience en coopération volontaire outre-mer, Carrefour confie à des Canadiennes et Canadiens le mandat de travailler auprès de partenaires locaux afin de renforcer leurs capacités à soutenir les droits, la sécurité et l’autonomisation des femmes. Parmi ces Canadiennes et Canadiens qui accomplissent actuellement ou ont récemment accompli un mandat de volontaire outre-mer afin d’appuyer l’égalité des genres, on trouve :

  • Anthony Gebrehiwot et Randell Adjei, qui font partie de la direction de RISE, une organisation de Toronto vouée aux arts et au leadership chez les jeunes. RISE est partenaire de projet de Carrefour dans le cadre du programme Boys for Change de WILDAF au Ghana. C’est un programme d’autonomisation qui aide les garçons à développer des relations saines et positives avec les filles et les femmes dans le but de contrer les normes culturelles oppressives. Anthony et Randell retournent au Ghana dans quelques semaines pour observer l’évolution d’un programme de suivi au programme initial. Ils travailleront avec les animateurs à l’intégration des notions acquises et consignées dans un manuel au sein d’un programme pratique axé sur la transition de garçon à homme, les pratiques sexuelles sans risque, le consentement, les droits et le traitement des filles et des femmes, et l’établissement d’objectifs.
  • Atinuke (Tinu) Chinemeest rentrée chez elle à Calgary il y a quelques jours. Elle a réalisé un mandat de volontaire à titre de conseillère en planification stratégique auprès du partenaire de Carrefour Tanzania Gender Networking Programme. Elle a aidé l’organisation à élaborer sa stratégie d’affaires pour 2020 en examinant les approches en place, sondant le personnel et les parties prenantes, cernant des objectifs réalisables et formulant des recommandations. Pour accomplir ce mandat, Tinu s’est appuyée sur son projet de recherche de maîtrise en évaluation des besoins des organisations à but non lucratif et de son expérience d’ingénieure en énergie renouvelable dans le secteur privé.
  • Robert Trudel, avocat de Victoriaville, au Québec, est un volontaire outre-mer assidu. Il est actuellement en Tanzanie, l’un des pays du monde où le sort réservé aux femmes est parmi les pires – près de la moitié des Tanzaniennes étant victimes de violence physique ou sexuelle – pour évaluer les progrès réalisés dans le cadre des projets des partenaires de Carrefour. Son analyse aidera à orienter le travail de Carrefour et de ses partenaires, notamment le soutien aux femmes victimes de violence conjugale et la sensibilisation aux droits et à l’éducation des filles. Il a également accompli l’an dernier un mandat de volontaire au sein du programme d’accès à la justice de Carrefour au Ghana. Il travaillé avec des partenaires locaux à la surveillance de l’application par les juges, avocats et la police de la loi sur la prévention de la violence familiale.
  • Asia Clarke, joaillière et étudiante à la maîtrise, a réalisé deux mandats de volontaire en 2018, au Ghana et en eSwatini (Swaziland). Elle a travaillé avec des organisations locales qui soutiennent l’entrepreneuriat de femmes qui souhaitent s’affranchir de la violence et du travail sexuels ou de femmes chefs de famille voulant vaincre la pauvreté extrême. Elle a partagé son expérience et ses idées sur l’aspect esthétique et la stratégie de marque afin de les aider à développer leur propre entreprise de joaillerie. Dans ses études, Mme Clarke se penche sur la pérennité des programmes d’autonomisation économique des femmes dans le cadre de la politique d’aide internationale. Elle retournera au Ghana cet été afin de réaliser un autre mandat de volontaire et poursuivre sa recherche.

« Les volontaires canadiens sont l’ingrédient secret de la stratégie de développement du Canada outre-mer, » dit Mme Campbell. « Ils travaillent avec nos partenaires dans certains des pays les plus pauvres du monde pour favoriser le changement et reviennent au pays encore plus fermement engagés à faire avancer l’égalité dans le monde. Ils méritent un vibrant hommage.